Les Étrangers, Appenzell et la Peau de Chagrin

Lorsque l’on regarde une carte de l’Europe de l’ouest, qui s’étend de plus en plus vers l’est puisqu’elle tend à se confondre avec une carte de l’Union Européenne, il y a un îlot qui apparaît dans une autre couleur, isolé mais qui ne semble pas perdu, petit mais qui semble robuste: notre Confédération Helvétique qui s’est construite contre les vents et les marées de l’histoire européenne. L’histoire de la construction de la Suisse s’est faite simultanément sur le repli sur soi pour se protéger et l’ouverture sur le monde pour prospérer.

Je ne crois pas connaître personnellement d’Appenzellois de Rhodes-Intérieures. En réalité je ne connais pas grand-chose de mes compatriotes du nord-est de la Suisse. Je mange leurs biberlis, leur fameux fromage et, si je dois louer une voiture, je conduis avec leur plaque AI, j’ai suivi avec effarement en 1991 l’obligation qui leur a été signifiée par le Tribunal fédéral de donner le vote aux femmes au niveau cantonal, je sais qu’ils pratiquent la Landsgemeinde… mais c’est tout, je l’avoue. Conservateurs, très conservateurs, c’est l’image qu’ils donnent, mais pas particulièrement antipathiques. D’ailleurs on n’entend pas souvent parler d’eux dans nos contrées romandes, si ce n’est lors de votations à caractère hautement polémique. Mais pourquoi alors ce très petit canton (le 2ème plus petit canton après Bâle-Ville) de moins de 16 000 habitants, est-il à chaque votation difficile et controversée l’image caricaturale d’une Suisse renfermée, peureuse, angoissée? Pourquoi ce canton, qui n’élit presque exclusivement que des représentants du Parti Démocrate Chrétien, épouse-t-il corps et âme systématiquement au niveau fédéral les pires représentations xénophobes de l’Union Démocratique du Centre?

Le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, enclavé dans le Canton de Saint-Gall, n’accueillant sur son sol que 9,9% d’étrangers lorsque la moyenne suisse est de 21,9% et que les cantons de Bâle-Ville, Vaud et Genève accueillent respectivement 31,6%, 30,2% et 35,7%., affichant le taux de criminalité le plus faible des 26 cantons, possède une économie ouverte sur l’extérieur pour écouler ses productions des secteurs primaires et secondaires et mise de plus en plus sur le tourisme, étrangers bienvenus qui peuvent venir leur rendre visite avec des voitures portant plaques du canton grâce à une fiscalité extrêmement avantageuse pour les entreprises. Oui, tout compte fait, Appenzell pourrait à bien des égards être la représentation rêvée de la Suisse.

En regardant attentivement la carte de l’Europe, on peut ou non regretter que le petit îlot en son milieu soit dessiné par une autre couleur. Mais quoi qu’on en pense, il a une certaine allure, une certaine prestance. Et un certain culot face à cet un énorme bloc qui ne cesse de s’étendre. Mais si nous n’y prenons pas garde, à force de se contorsionner pour se renfermer dans une enclave où seuls les préjugés, la peur et la propagande politique n’hésitant pas à user du mensonge et de la manipulation règnent, la petite image sur la carte de l’Europe en sera réduite à une peau de chagrin. Après la peur, les pleurs. Quel chagrin…

Malik Berkati

Les statistiques proviennent de l’Office Fédéral de la Statistique et du Département fédéral de Justice et Police

Röstigraben

 

Advertisements

About malik berkati

Rédacteur en chef j:mag

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: