Berlinale 2015: Wim Wenders recevra L’Ours d’or d’honneur

Le cinéaste allemand Wim Wenders, chantre du Nouveau cinéma allemand (Neuer Deutscher Film) en opposition avec le cinéma patriotique (Heimatsfilme) et divertissant de l’après-guerre, sera à l’honneur de la 65è édition du festival international du film de Berlin qui se déroulera du 5 au 15 février 2015. Il recevra l’Ours d’or d’honneur de la Berlinale et la section Hommage lui sera consacrée avec la projection de 10 films. L’événement incontournable aura lieu le 12 février 2015 au Berlinale Palast avec la projection du mythique Les ailes du désir (Der Himmel über Berlin).

” Avec Wim Wenders, nous honorons un des auteurs de films les plus renommés de notre époque. Son œuvre complexe et aux multiples facettes en tant que réalisateur, photographe et auteur a influencé et inspiré notre mémoire cinématographique”,  a commenté Dieter Kosslick, directeur de la Berlinale.

Wim Wenders (Copyright: Donata Wenders)

Wim Wenders (Copyright: Donata Wenders)

Depuis son premier film Summer in the City (1970) , Wim Wenders a tourné 60 films. Il a travaillé beaucoup en Europe comme aux États-Unis, mais aussi en Amérique latine et en Asie, avec à la clef de nombreuses récompenses, avec entre autres la Palme d’or pour Paris, Texas (1984) et le Prix de la mise en scène pour Les ailes du désir à Cannes (1987), le Lion d’or pour L’État des choses (Der Stand der Dinge, 1982) à Venise ou l’Ours d’argent à la Berlinale pour The Million Dollar Hotel (2010).

Peut-être plus remarquable encore, le réalisateur allemand a donné sens à l’utilisation de la 3D, trop souvent synonyme de strapontin commercial aux multiplexes et fossoyeuse de scénarios expressément au service de la technologie, avec ce magnifique objet artistique qu’est PINA (2011), hommage visuel à la chorégraphe allemande Pina Bausch.
A ce propos, le directeur artistique de la cinémathèque et responsable de section Retrospektive/Hommage de la Berlinale, Rainer Rother: ” ce qui est impressionnant chez Wim Wenders, c’est la diversité de ces inclinaisons artistiques, que cela soit dans son travail de cinéaste comme dans ses activités de photographe ou d’auteur. Il rend hommage dans de nombreux essais cinématographiques à des artistes qu’il admire tels que Yasujiro Ozu (Tokyo-Ga, 1985) ou, tout récemment, le photographe Sebastião Salgado avec The Salt of the Earth (2014)”.

Malik Berkati

© j:mag  Tous droits réservé

Advertisements

About malik berkati

Rédacteur en chef j:mag

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: