Université de Genève: conférence “Aristote chez les Helvètes”

Aristote chez les Helvètes. Douze essais de métaphysique est un ouvrage de vulgarisation scientifique imaginé par deux philosophes de la Faculté des lettres, Anne Meylan et Olivier Massin. Depuis début février le livre est le support d’un cycle de conférences proposées en Suisse romande. Après Neuchâtel et Fribourg en février, c’est au tour de Genève le 3 mars prochain à Uni Mail où le professeur Marcel Weber et Emma Tieffenbach interrogeront deux grands symboles helvétiques: l’argent et la vache.

Propos du livre : Questionner le monde
Domaine de recherche en pleine effervescence, la métaphysique s’intéresse à la nature de toute chose. Aristote la définissait comme la science de «l’être en tant qu’être». La métaphysique, c’est se demander si les mélanges existent (comme une fondue), réfléchir à ce qu’est un trou (dans l’emmental) ou encore s’interroger sur la nature d’une frontière (telle que le Röstigraben).
Et c’est en y pensant à voix haute qu’Anne Meylan et Olivier Massin en sont venus à imaginer un recueil qui traiterait de ces questions, autour de la thématique helvétique. «Notre moteur a toujours été le désir de connaître le monde. Nous ne voulions pas seulement émerveiller les gens avec ses paradoxes, mais montrer comment ceux-ci sont résolus de manière scientifique par les métaphysiciens», explique Anne Meylan. En effet, la philosophie se pratique comme les autres sciences: méthode et rigueur sont de mise et les articles scientifiques sont relus par des pairs avant de pouvoir être publiés dans des revues internationales. «Le public pense souvent que les philosophes pratiquent la réflexion libre, alors qu’en réalité, ce sont des chercheurs comme les autres».

couv-helvetes

L’ouvrage aborde des questions de métaphysique avec humour et tente d’attirer le lecteur grâce à des questions simples, auxquelles chacun peut s’exercer à répondre, comme autour des trous par exemple. Extrait: «Sans trous, pas d’emmental. C’est ce qui fait la beauté d’une tranche d’emmental, son essence. S’ensuit-il qu’en achetant un morceau d’emmental, nous achetions en réalité deux sortes de choses: la matière comestible et les petites portions de vide qui l’accompagnent? Bien sûr, nous ne pouvons pas prendre le fromage et laisser les trous chez l’épicier, tout comme nous ne pouvons pas manger le fromage et garder les trous pour plus tard. Pourtant lorsque nous mangeons du fromage, il est certain que nous ne mangeons pas de trous.»

Mardi 3 mars, Aristote chez les Helvètes, Uni Mail salle MR070, 18h30.

{édité par MaB}

© j:mag Tous droits réservés

Advertisements

About malik berkati

Rédacteur en chef j:mag

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: