La culture comme moyen de résistance

Par Djenana Mujadzic

Le respect des droits humains est au centre d’un festival parisien différent des autres. Les 18, 19 et 20 mars le Mouvement antiraciste européen Egam (European Grassroots Antiracist Mouvement) et le Sarajevo Film Festival (SFF), la plus célèbre manifestation du septième art des Balkans, née dans la capitale assiégée il y a plus de deux décennies, organisent au Cinéma l’Étoile des Lilas, dans le 20e arrondissement parisien la revue des meilleurs films documentaires de l’Europe du sud-est.

Affiche-Sarajevo-sur-Seine-Film-Festival. [downloaded with 1stBrowser]Ce festival offre au public international une belle occasion de connaître et visionner de très bons documentaires consacrés aux droits de l’homme et de la femme. Les spectateurs pourront  discuter avec plusieurs réalisateurs  présents à la manifestation.  Les organisateurs proposent plusieurs projections suivis de débats et conférences avec de nombreux cinéastes de Bosnie-Herzégovine, Croatie, Grèce, Hongrie, Macédoine, Monténégro, Roumanie et Serbie.
Une douzaine des films  primés et choisis par le jury jeunesse du dernier SFF sont projetés en partenariat avec Étoile Cinémas, en présence de Mirsad Purivatra directeur de la manifestation bosnienne, ainsi que des réalisateurs des Balkans.

Une vitrine régionale

Sarajevo sur Seine se veut une vitrine d’auteurs qui agissent au nom de la promotion de la démocratie, tellement nécessaire et indispensable dans la région.
Le réalisateur hollandais Morgan Knibbe fera l’ouverture du festival avec Those Who Feel the Fire Burning, coproduction gréco-italienne. Le jour suivant le public pourra voir le documentaire roumain de 93 minutes Toto et ses soeurs d’Alexander Nanau. Mladen Mitrovic présentera A la recherche du sommeil une production bosnienne/croate/serbe réalisée en 2015. Chuck Norris vs Communism (coproduction entre Royaume-Uni/ Allemagne/Roumanie), réalisé par Ilinca Calugareanu, est au programme le samedi à 20 heures. Le jour après, les cinéastes Maria Ristic et Nemanja Babic projetterons leur film Sans identification (coproduction Bosnie-Herzégovine/Kosovo/Serbie). Gabor Hörcher sera également présent avec son film Drifter (coproduction Hongrie/Allemagne). La Croate Eva Kraljevic montrera son film de 42 minutes Je suis bien avec toi, tu sais (Bosnie-Herzégovine/Croatie/Serbie). Samir Mehanovic présentera le film bosnien Brumes de Srebrenica consacré au plus grand massacre des civils en Europe contemporaine, mais aussi à la nature des humanitaires, à la guerre et au pardon.
La Macédonienne Sandra Gjorgieva projettera à Paris son documentaire Murs verts, nourriture noire. Le réalisateur serbo-danois Vladimir Tomic clôturera festival avec  film Flotel Europa (Danemark/Serbie) qui a écumé plusieurs festivals, dont la Berlinale 2015 dans la section Forum, et reçu plusieurs prix.

Toutes les projections sont gratuites

Djenana Mujadzic, Paris

 

Festival Sarajevo sur Seine
© j:mag Tous droits réservés
Advertisements

About malik berkati

Rédacteur en chef j:mag

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: